Le sport à jeun pour allier forme et perte de poids20th mars 2016

Perte de poids et forme

Faire du sport à jeun, c’est devenu une véritable mode. Entre les sportifs de haut niveau et ceux du dimanche, tout le monde veut faire du sport à jeun lorsqu’il s’agit d’activités dites d’endurance. Le principal bienfait qu’on lui associe reste la perte de poids. Que faut-il réellement en penser ? Quel est l’intérêt pour votre corps et votre santé ? A moi de vous éclairer sur cette pratique.

L’idéal pour perdre du poids et augmenter ses capacités d’endurance

Le sport à jeun présente effectivement de nombreux bienfaits, surtout en ce qui concerne la perte de poids, l’affutage et l’augmentation de vos capacités d’endurance. Voici la liste des effets bénéfiques de sa pratique sur votre santé :

1) Perdre du poids en brûlant plus de graisse.

En effet, lorsque vous faites du sport à jeun, votre stock de glucides est plus faible, car vous sortez souvent d’une période de 10 heures sans manger. Le corps produit l’énergie d’abord en utilisant les glucides circulants dans le sang, puis ceux stockés dans vos muscles et votre foie. Ensuite il utilise les graisses. Grâce à cette pratique, vous accédez plus vite à la production d’énergie via les graisses, votre stock de glucides étant plus rapidement utilisé.

2) Améliorer ses capacités d’endurance.

Lorsque vous faites une activité d’endurance longue, vous finissez souvent par subir une perte importante d’énergie se traduisant par une baisse des performances. Ceci se retrouve en cyclisme sur la fin de course, en marathon avec le mur des 30km. En fait, cela correspond à une phase où le corps a totalement utilisé les glucides pour fournir l’énergie, et doit désormais se débrouiller avec les graisses et les protéines. Plus il va être efficace à ce moment précis, moins vous aurez ce fameux coup de barre. En pratiquant le sport à jeun, vous habituez votre corps à être performant dans la production d’énergie via les graisses (1).

3) Une sensation de bien-être et de confort pendant et après l’entraînement.

Ce n’est pas prouvé par la science, mais après une séance de sport à jeun, on se sent bien. Et pendant l’entraînement, c’est encore mieux. Votre corps ne perd pas d’énergie dans la digestion, le système digestif consomme peu et est mis en position off, vous vous sentez en forme !

Le sport à jeun oui, mais pas n’importe comment

Faites du sport à jeun

Pour bénéficier de ces 3 principaux intérêts non négligeables, il faut respecter certaines recommandations :

Ne pas dépasser 1h de footing à jeun ou 2h de cyclisme.

Le faire 1 à 2 fois par semaine, seul le sportif confirmé peut se permettre d’en faire plus sur une même semaine.

Faire au moins 15 minutes d’exercice d’endurance (marche rapide, course à pied, vélo ou natation), c’est le délai minimum avant que votre corps ne commence à puiser dans vos graisses.

Rester en endurance pure, vous devez être capable de parler. Ne pas faire d’intensité. En effet, pour brûler les graisses, votre organisme doit disposer d’une grande quantité d’oxygène. Si vous forcez, vous n’aurez pas assez d’oxygène pour les brûler. Donc aucun intérêt de pratiquer une activité autre que l’endurance à jeun.

Hydratez-vous de manière optimale la veille au soir et avant de partir vous entraîner, puis à votre retour sur le reste de votre journée.

Prendre ensuite un petit-déjeuner contenant des protéines en vous inspirant de mes recommandations suivantes sur les astuces pour préparer un petit déjeuner santé.

Le sport à jeun est donc bon pour la santé, mais absolument pas indispensable. Surtout que, par exemple, courir à jeun, cela ne s’improvise pas : lisez ceci ! Cependant, si vous êtes dans un objectif de performance sportive ou d’affutage important, il s’avère être un outil primordial pour vous aider à atteindre vos objectifs. En termes de plaisir et de sensations, je n’ai jamais été aussi à l’aise dans mes footings que lorsque je les pratiquais à jeun au réveil. Le principe est toujours le même, à vous d’essayer et d’évaluer l’intérêt en fonction de votre ressenti !

Cet article vous a été utile ? Alors partagez-le plus possible autour de vous ! Ne soyez pas égoïste, à votre tour de faire du bien aux autres. Pour ne plus rater les nouveaux articles, inscrivez-vous à la newsletter ici.

(1) Van Proeyen K et coll. (2011) Beneficial metabolic adaptations due to endurance exercise training in the fasted state. J Appl Physiol 110:236-45.

One Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

362 Partages