L’atrophie cérébrale nous guette tous !28th juin 2015

La taille de notre cerveau diminue

Oui, vous ne rêvez pas, cher lecteur, en lisant mon titre, je ne suis pas devenu fou ! Notre cerveau n’a cessé de grossir au cours des millénaires certes. Mais, actuellement, les chercheurs constatent, à l’inverse, une atrophie cérébrale et plus particulièrement dans les régions industrialisées ! Jusque là, les bonnes graisses avaient permis aux hommes d’augmenter leur masse cérébrale grâce à un apport important en omégas 3, bénéfiques pour le cerveau. Depuis, la consommation d’omégas 3 s’est réduite et l’on constate, en cas de carence, un risque de dépression et autres maladies psychiques ! Des médecins écossais et américains ont enregistré des succès intéressants avec l’huile de lin (très riche en oméga 3), agissant comme antidépresseur et stabilisateur de l’humeur. L’atrophie cérébrale n’est pas due seulement à une carence en omégas 3 mais aussi aux nombreux additifs et produits chimiques contenues dans les aliments industrialisés. A long terme, l’intelligence peut régresser !

Qui sont les coupables de l’atrophie cérébrale ?

Le glutamate (un exhausteur de goût), tout d’abord, présent dans les plats industriels, les soupes en sachet, les chips, etc qui, consommé en grande quantité devient un poison excitant tuant les cellules nerveuses du cerveau. Les industriels les rajoutent dans leur préparation car il rehausse le goût mais également ouvre plus l’appétit.

L’aspartame qui est un édulcorant sucré chimique présent dans les chewing-gums, les boissons “zéro”, les friandises et dans certains médicaments. L’aspartame bloque l’absorption du glucose qu’à besoin le cerveau pour fonctionner correctement. Sans glucose, le cerveau n’est pas performant ! L’aspartame, comme le glutamate, peuvent déclencher des vertiges, des céphalées et parfois des pertes de mémoires temporaires. A long terme, l’aspartame peut également augmenter le risque de tumeurs cérébrales.

L’acide citrique, ajouté dans les friandises et les boissons sucrées destinées aux enfants. Il peut augmenter l’absorption de l’aluminium par le cerveau tout comme le glutamate et l’aspartame, augmentant ainsi le risque tumoral.

Le sucre, consommé en trop grande quantité, est aussi responsable de l’atrophie cérébrale. Votre régulation de la glycémie est détraquée et les cellules nerveuses du cerveau ne peuvent plus absorber le glucose. Dès l’enfance, les enfants consomment trop de sucres ce qui entraîne hyperactivité et troubles de l’apprentissage, avec un quotient intellectuel moins important.

Les bonbons sont responsables de l'atrophie cérébrale

Les colorants qui agissent directement sur le cerveau. Nous devenons irritables, agités et notre sommeil est perturbé. A ce propos, une expérience a été menée aux États-Unis sur des rats. Les petits rongeurs devaient trouver la sortie du labyrinthe. Ceux qui ont absorbé des colorants ont mis 23 secondes, les autres qui n’ont pas pris de colorant ont mis 9 secondes.

Des conséquences sur mon cerveau, mais pas que…

Les changements alimentaires de ces dernières années riches en additifs alimentaires ont également des conséquences dramatiques sur l’intestin, notre 2ème cerveau. Les parois des intestins finissent par ne plus être étanches (syndrome de l’intestin poreux). Ainsi, les germes et les substances nocives peuvent circuler dans tout le corps. 40 % des patients ayant l’intestin irrité souffrent de dépressions et d’angoisses.

En effet, le cerveau et le ventre communiquent ensemble. L’intestin contient 100 millions de neurones et les informations entre les intestins et le cerveau se font de bas en haut. La sérotonine (l’hormone du bonheur) est produite à 95 % dans l’intestin ! Même pendant la nuit, le contact n’est pas rompu entre les deux car l’intestin participe aux rêves ! Comme vous l’avez compris, il faut bien nourrir les intestins pour bien nourrir le cerveau car ils sont étroitement liés.

Quelques conseils pour lutter contre l’atrophie cérébrale !

Pour les jeunes mamans : de nombreuses études ont prouvé les avantages du lait maternel pour le cerveau du nourrisson. Le quotient intellectuel chute de 10 % lorsque l’enfant est nourri au lait en poudre !

Évitez au maximum les produits industriels, transformés et cuisinés. Regardez les étiquettes et la composition de vos achats, c’est un excellent moyen de se dissuader d’en acheter.

Boire suffisamment d’eau dans la journée pour éviter la fatigue et la confusion mentale, soit environ 1.5 à 2 litres par jour.

Consommer de bonnes graisses en quantités suffisantes (omégas 3) ainsi qu’une alimentation riches en vitamines pour éviter que les graisses du cerveau s’oxydent. Suivez mes conseils pour choisir les bonnes graisses.

L’alcool, en faible quantité, a un effet positif sur le cerveau et rend plus intelligent ! C’est ce qu’on découvert des chercheurs de l’institut national pour la longévité à Tokyo. 2 verres de vin rouge par jour pour l’homme, un pour la femme, mais ne vous forcez pas !

Le chocolat noir est un aliment pour le cerveau et rend heureux. Il augmente la sérotonine (l’hormone du bonheur).

Le café aiguise la mémoire et élève la capacité de réaction. Une étude britannique en 2000 a étudié les effets positifs de la caféine sur les performances de mémoire et la capacité de réaction de concentrations et cela dès 5 milligrammes de caféine !

L’activité physique permet de rester en forme physiquement mais aussi intellectuellement. Les performances de mémoire et de concentration sont plus élevées chez les sportifs que chez les gens qui ne pratiquent aucune activité physique ! Selon diverses études pratiquées chez les personnes âgées ayant des troubles de mémoire, il est même apparu que de brèves séances de remise en forme, 3 fois par semaine, peuvent améliorer considérablement les performances de mémoire. Le cerveau étant mieux irrigué et mieux oxygéné !

Les chercheurs pensent que la nourriture influence la chimie cérébrale en profondeur et la personnalité et que grâce à une bonne alimentation, le quotient intellectuel pourrait être augmenté de 5 % ! L’atrophie cérébrale n’est pas une fin en soi, alors mangez mieux, et augmentez vos chances d’être plus intelligent !

Cet article vous a été utile ? Alors partagez-le plus possible autour de vous ! Ne soyez pas égoïste, à votre tour de faire du bien aux autres. Pour ne plus rater les nouveaux articles, inscrivez-vous à la newsletter ici.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages